Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 avril 2012

BABORD TOUTE !

Je rentre de soirée, arrondi aux entournures, mais assez lucide pour surfer sur Internet et écrire et corriger le présent texte. Et je tombe sur un énième discours parlant d’« extrême gauche », sous-entendu Mélenchon, et d’« extrême droite », sous-entendu Marine Le Pen.

J’ai déjà écrit dans ces colonnes au sujet des notions de Gauche et de Droite, a fortiori au sujet des notions d’extrême Gauche et d’extrême Droite. On ne nous a que trop baladé avec ces étiquettes désormais dépourvues de tout signifiant, sans rapport avec le signifié ! Mettez l’estampille d’un grand cru sur une bouteille de piquette, ce ne sera jamais que de la piquette. Transvasez un grand Bordeaux dans une bouteille de villageoise… les snobs ne verront que de la villageoise là où les pragmatiques fleureront la merveille ! Qu’importe le flacon pourvu que ce soit du bon ! Hé bien ! ce tour de passe-passe a été opéré sur la scène politique. Les choses ont changé du tout au tout mais les appellations sont restées et les « citoyens », esclaves de leurs habitudes, sont trompés sur la marchandise.

J’invite les lecteurs à se reporter à mes précédents articles :

L’échelle politique :
http://ripostelaique.com/lechelle-politique.html

Ne l’appelez plus jamais Gauche :
http://ripostelaique.com/nappelez-plus-jamais-ps-pc-verts-npa-la-gauche-mais-la-gaucherie.html

Nation et patriotisme, des concepts de Gauche :
http://ripostelaique.com/nation-et-patriotisme-des-concepts-de-gauche.html

Immigrationnisme, écologisme, européisme : des idées de Gauche ?
http://ripostelaique.com/immigrationnisme-ecologisme-europeisme-des-idees-de-gauche.html

J’invite à nouveau les lecteurs à se souvenir d’où viennent les notions de Gauche et de Droite, qui les incarna au plus au point, et particulièrement celle de Gauche. Je crois que les valeurs absolues de la Gauche sont celles de la Société dans l’absolu. On ne me contestera sans doute pas que l’Egalité est depuis l’origine la valeur suprême de la Gauche, autrement dit que la valeur suprême de la Gauche se confond avec le Principe fondamental de l’ordre social. Par « Egalité », il faut bien sûr entendre « égalité des citoyens en devoirs et en droits » et non «  égalité des hommes en droits » ce qui n’a concrètement aucun sens. Pourquoi ? Parce que les droits sont la conséquence des devoirs que les citoyens ont mutuellement les uns envers les autres et que des devoirs réciproques génèrent (ou devraient générer) l’égalité en droits. Hors de l’Egalité en devoirs ou en droits, il n’y a égalité ni en devoirs ni en droits ; il n’y a ni Société ni état de droit. Une société inégalitaire et individualiste n’est pas une société. Il n’y a entre un maître et ses esclaves qu’un rapport de force, comme dans l’état de nature, non un rapport de droit, comme dans l’état de Société.

Il s’ensuit que, si l’Egalité est la pierre angulaire de la Gauche, elle va de pair avec les notions de « nation » (l’ensemble des citoyens nationaux, c’est-à-dire des individus participant à la vie de la cité, égaux en droits économiques et politiques, et ayant le droit de cité), de « patriotisme » (volonté de défendre la cité, c’est-à-dire l’ensemble des égaux qui la constituent) et de « démocratie » (les égaux ou citoyens nationaux étant en corps le souverain). En résumé, la devise de la Gauche authentique et historique est : Egalité, Nation, Patriotisme, Démocratie. Vous ferais-je l’injure de vous rappeler que les notions de Gauche et de Droite viennent de la Révolution ? que la Révolution s’est faite au 14 juillet 1789 (Bastille) comme au 20 septembre 1792 (Valmy) au cri de « Vive la nation ! » ? que le champion de la Gauche d’alors était Robespierre, qu’il était pour le suffrage universel, pour la souveraineté du peuple, en un mot pour la Démocratie ? que le même Robespierre, quoique hostile à l’idée de lancer la France qui n’était pas encore une République dans une guerre contre toute l’Europe (projet de la Cour et des Girondins) saisit plus que tout autre le sens du slogan « la patrie en danger » et mit tout en œuvre, une fois cette guerre déclarée, pour sauver à la fois la France, la République, la Révolution et la Démocratie ? Faut-il rappeler que les révolutionnaires adoptèrent le 18 juin 1793, oui, le 18 juin, le décret suivant : « Le peuple français ne fait point la paix avec un ennemi qui occupe son territoire » (article 121 de la Constitution de 1793). Faut-il rappeler que la Démocratie n’est pas un système dans lequel le peuple élit de soi-disant représentants mais ratifie toutes les lois auxquelles il va devoir se soumettre ? Tel était encore le principe de nos pères qui, en 1793, avaient prévu que les lois formées par l’assemblée des députés ne soient que des projets pendant quarante jours après l'envoi aux Assemblée primaires de la loi proposée (Si, dans la moitié des départements, plus un, le dixième des Assemblées primaires de chacun d'eux, régulièrement formées, n'a pas réclamé, le projet est accepté et devient loi. Art. 59). Faut-il rappeler que, d’après cette même Constitution, charte de la Gauche durant le XIXe siècle, « Le peuple français ne s'immisce point dans le gouvernement des autres nations ; il ne souffre pas que les autres nations s'immiscent dans le sien » (art. 119) ? Est-il besoin de démontrer que des Sans-culottes aux Résistants en passant par les Communards, la Gauche se situa toujours sur cette ligne, que les hommes sur cette ligne étaient de Gauche même s’ils l’ignoraient (Quel plus bel exemple de cette ignorance que de Gaulle dont la vision fut plus de gauche que celle d’un Mitterrand !), que la véritable Gauche fit toujours honneur à la nation parce qu’elle nourrissait le véritable amour du peuple et de l’humanité ?

Mais où se situe cette véritable Gauche aujourd’hui ? Est-elle du côté de Libération et des bobos qui, à l’idée d’une véritable démocratie, parlent de populisme et insultent le peuple chaque fois qu’il s’exprime contrairement à leur souhait ? Qui ne se souvient de ce titre de Libé « Le vote de la honte » à propos du référendum sur les minarets en Suisse, peut-être la seule démocratie du monde ? Qui a entendu Libé protester quand le Parlement a bafoué en 2008 le référendum de 2005 ? Qui a vu Libé s’indigner que la France s’engage en Libye dans une croisade pour la démocratie comme les Girondins (représentants de la haute bourgeoisie) avaient en leur temps lancé la France dans une croisade pour la Liberté ? Personne n’a vu une telle chose parce que Libé (propriété de Rothschild) n’est pas du côté des principes mais pour le pognon ! Ce torchon n’était-il pas à la veille de nous vendre DSK (patron du Fond Monétaire International, nommé par Sarközy) comme le messi ? Ne cherche-t-il pas à nous persuader, comme l’UMP, le MEDEF, Terra Nova (Think Thank du PS), la LICRA, SOS Racisme et autres officines anti-nationales patentées, que l’invasion migratoire est un bonheur, que le multiculturalisme est une richesse, que le métissage est une obligation, que la France n’est rien et que son anéantissement est une nécessité et une fatalité ? La « Gauche » hollandesque ou mélenchonienne, habillant d’humanisme les volontés du patronat et la plus sordide collaboration, trahissant tous les idéaux authentiquement de Gauche, faisant se retourner dans leur tombe toutes les figures historiques de la Gauche, reniant tous les dogmes de la République française (laïcité, assimilation, méritocratie, fierté nationale, etc.) a-t-elle encore un quelconque rapport avec la Gauche au vrai sens du terme ?

Mais si la Gauche officielle n’est plus la Gauche et ne mérite pas mieux que l’appellation de « gaucherie », si elle ne diffère qu’à la marge de la Droite mondialiste et immigrationniste (sarkozyste) quand elle ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau à l’extrême Droite (fasciste), si la gaucherie n’est finalement qu’une version édulcorée de la Droite, y a-t-il encore une Gauche ? Certes, aucun parti politique ne peut aujourd’hui apporter l’Egalité, impossible sous Largent. Aucun parti n’est donc absolument de Gauche, car aucun ne remet Largent en cause. Du moins la Gauche est-elle politiquement incarnée par la mouvance qui s’éloigne le moins du logiciel historiquement de Gauche ! Or, quel parti est aujourd’hui attaché aux notions consubstantielles à celle d’Egalité : nation, patriotisme, démocratie ? Qui défend la nation indépendante et souveraine ? Qui porte la fierté d’être français et l’identité de la France ? Qui réclame des référendums ? Qui a relevé le flambeau du jacobinisme ? Poser ces questions, c’est y répondre !

La Gauche et la Droite ne sont pas seulement des étiquettes, ce sont des concepts gravés dans le marbre depuis la Révolution française. Mais ces termes obligent à visualiser une répartition horizontale des partis politiques alors qu’ils renvoient intrinsèquement à un classement vertical. La Gauche, c’est l’absolu de la Société, l’idéal à atteindre, le sommet de l’échelle politique. (C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi la gaucherie tient tant à cette étiquette, comme il est plus malin de faire le mal au nom du bien, la guerre au nom de la paix, de la démocratie ou de la Liberté, les pires saloperies au nom de la justice ou de la vertu, etc.) Tous les degrés inférieurs sont de Droite et les plus éloignés de cet absolu sont par conséquent l’extrême de Droite. Toutes ces tendances existent aujourd’hui mais il ne faut plus se fier aux panneaux pour les reconnaître. Prendre pour argent comptant les indications validées par le système médiatique qui vise à la désinformation, c’est tomber dans le piège et cautionner la tromperie. Si le mensonge est partout, jusque dans nos assiettes, comment pourrait-il ne pas être là aussi ? Dans ces conditions, il faut se fier à son instinct, ce même instinct de conservation qui est à l’origine de la Société. S’il dit que la Gauche est du côté de ce que le système s’acharne à qualifier d’« extrême Droite » et que toute autre direction semble suicidaire (individuellement et collectivement), alors il n’y a pas à balancer. Au diable les sophismes des traîtres et des crétins. Bâbord toute ! 

De Munich à Montoire !

Philippe Landeux

09:17 Écrit par Philippe Landeux dans 6. MON BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

Écrire un commentaire