Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 novembre 2011

PENSEE DU JOUR : valeur marchande, monnaie, prix : du vent !

La valeur marchande d’un objet se mesure en monnaie et renvoie à elle-même. Elle ne signifie rien par rapport à l’objet, elle n’indique rien sur lui, nul ne peut préciser la nature et le nom de ce qu’elle mesure en lui.

La raison est simple : la monnaie sert à établir, en théorie, la valeur marchande des choses selon une infinité de critères, mais ne sert, en réalité, qu’à payer les hommes et leur avidité. Un prix est une somme de marges bénéficiaires sans rapport avec l’objet qui n’est qu’un prétexte aux uns et aux autres pour faire un bénéfice.

C'est en vain que l'on chercherait à définir logiquement la valeur marchande qui est un concept fondamentalement absurde. Il nait du troc, de l'échange entre individus et d'une soi-disant mise en équivalence des objets échangés. Mais équivalence en terme de quoi ? Personne ne peut trouver de réponse définitive à cette question car il n'y en a aucune. Il n'y a aucune équivalence entre objets de natures  différentes.

Répondre : "en terme de monnaie" revient à ne rien dire. C'est répondre à la question par la question et prouver que l'on n'a pas de réponse. La monnaie est l'unité de mesure de la valeur marchande qui ne peut s'exprimer autrement que par un prix (quelle que soit l'unité). Valeur marchande, prix, monnaie, c'est la même chose. Dire que l'équivalence entre objets est une question de prix ne répond pas à la question  posée : "Quelle est la nature réelle de la valeur marchande ?" ou "Que mesure réellement le prix d'un objet, en dehors de sa valeur marchande exprimée en unités monétaires ?"

Écrire un commentaire