Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 novembre 2013

MELENCHON, piège à cons

Les heures les plus sombres de notre histoire en direct !

REDIF

Place au peuple. Certes ! Mais de quel peuple M. Mélenchon parle-t-il ?

melanchon_place_au_peuple.jpg

Mélenchon.jpg

« Nous donnerons des papiers à tous les travailleurs sans papiers. »

« Le coeur humain n'a ni frontière, ni papiers d'identité. »

« Est français qui a des papiers d'identité. »

« L'immigration améliore notre peuple. »

 

ADDENDUM

Pensée du jour du 7 juin 2012

"L'humain d'abord !" (Slogan du Front de Gauche) Et quand le citoyen, les Français, la France, la République ? Après ? Jamais ? On reconnait bien là les mondialistes, les immigrationnistes, les suppôts de Largent, le parti de l'Etranger, les traîtres à la patrie, les ennemis de l'humanité elle-même !

ADDENDUM

Stand du Front de Gauche - braderie de Lille.jpg

Stand du Front de Gauche à la braderie de Lille, 2012 - CQFD




Mélenchon, le parti de l'Etranger. Qui dit mieux ?

01:27 Écrit par Philippe Landeux dans 6. MON BLOG | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Si, comme je le considère personnellement, que le monde de la finance dérégulée constitue la bête immonde à abattre, je ne vois pas en quoi les idées de Mélenchon, seraient "un piège à cons" ; d'ailleurs il partage avec nous , une admiration pour cet immense homme politique, qu'était ROBESPIERRE et nombres de ses idées me conviennent.

Écrit par : pierre foul | jeudi, 29 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas pourquoi Mélenchon admire Robespierre, ce que je sais c'est qu'il n'en est pas l'émule ! C'est un immigrationniste et un universaliste (= individualiste) (Slogan : l'humain d'abord !), ce que Robespierre appelait les "citoyens du monde" et fustigeait dans la personne de Clootz. On ne peut pas être patriote et immigrationniste. On n'est pas un révolutionnaire quand on prône la même politique que le patronat. Il y a en cela une contradiction fondamentale (observée par Marx également) et tout ce qu'il peut dire par ailleurs n'est qu'un vernis et un attrape nigauds.

Écrit par : Philippe Landeux | vendredi, 30 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire