Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 août 2017

NATION CAPITALISTE VS NATION TOUT COURT

Le capitalisme n'a jamais créé que des nations illusoires, qu'il cherche aujourd'hui à détruire pour aller vers le mondialisme. Ces deux projets ont le même ressort : Largent (croyance que la notion de valeur marchande est nécessaire pour échanger), plus exactement, l'individualisme inhérent à Largent. Le capitalisme a détruit les frontières ancestrales pour étendre le champ de l'individualisme (et surtout la zone d'influence des riches), et de cette première phase sont nées ce que nous appelons abusivement "les nations". Le mondialisme n'est que le prolongement de ce processus tendant à réduire les hommes à des individus pour faire du monde entier le terrain de jeu des riches.

Il ne s'agit donc pas aujourd'hui de défendre la nation qui n'a jamais existé réellement, mais de la bâtir, c'est-à-dire de construire un projet social à une échelle réaliste et viable que le capitalisme (Largent) nous a bon gré mal gré imposée... le capitalisme et la technologie moderne. Ce projet devra nécessairement avoir des bases (philosophiques) et un but radicalement différents. La "nation" capitaliste est monétaire, individualiste et inégalitaire (donc oligarchique) ; ce n'est en rien une société. La véritable nation, la Cité, devra être non-monétaire, civique ou patriotique et égalitaire (donc démocratique). Lutter pour ce projet, c'est s'opposer radicalement au capitalisme. S'y opposer ou n'en prendre qu'une partie (patrie sans égalité, ou égalité sans patrie), c'est soit être un capitaliste revendiqué, soit se réduire soi-même à l'impuissance face à Largent et en être de facto le complice.

Ce n'est pas combattre le capitalisme que de rejeter comme lui, fut-ce pour d'autres raisons en apparence, l'échelle nationale ; c'est lui emboîter le pas et le servir en dernière analyse. Il n'y a rien au-delà de la nation, sinon l'empire de Largent ; il n'y a rien non plus en-deçà, sinon des utopies (des niaiseries) vouées à l'échec dont le seul succès sera d'avoir sapé la Révolution. Seule la nation est révolutionnaire.

18:09 Écrit par Philippe Landeux dans 6. MON BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer |

Écrire un commentaire