Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 novembre 2013

PENSEE DU JOUR : la charrue avant les boeufs

Faire passer les droits de l'Homme avant ceux du Citoyen, c'est mettre la charrue avant les boeufs, c'est scier la branche sur laquelle est assise la Cité qui seule peut reconnaître et garantir des droits.

19:39 Écrit par Philippe Landeux dans 6. MON BLOG, 7.1. PENSEES DU JOUR | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Salut Philippe,

je suggère un nouveau slogan pour nos droits-de-l'hommistes [gag] :

"LES DROITS DE L'HOMME-MASSE"

http://ripostelaique.com/la-france-creve-parce-quelle-est-un-peuple-de-victimes-consentantes.html

Salut et fraternité,

JPH

Écrit par : Jacques Philarcheïn | lundi, 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Salut,
Je dirais plutôt "droits de l'homme désincarné" ou "droits de l'homme imaginaire".
S & F

Écrit par : Philippe Landeux | mardi, 12 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Absolument : d'ailleurs l'homme désincarné est une des expressions favorites d'Ortega y Gasset pour désigner l'homme-masse ; quant à Simone Weil (la philosophe), elle évoque quelques années plus tard l'homme déraciné, ce qui revient au même. Cette philosophie des années 20-30-40 est excellente pour caractériser ce syndrome de l'homme-masse qui ne se reconnaît plus que des droits sans aucun devoir, ni référence à une quelconque tradition.
Comme philosophe, tu fais d'ailleurs partie de ceux qui ont remis la notion de DEVOIR à l'honneur ;-)

Bien à toi,

JPH

Écrit par : Philarcheïn | lundi, 18 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Merci Jacques. Il ne reste plus qu'à remettre les devoirs dans les faits.

Écrit par : Philippe Landeux | mardi, 19 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire